L’Equipe Pastorale

L’Equipe Pastorale

L’équipe pastorale est ainsi constituée du Pasteur principal, d’un membre en formation pastorale ainsi que de plusieurs anciens qui les assistent dans les tâches pastorales comme les prédications, les visites.

jean-marc-tcherkéchianJean-Marc Tcherkechian

Dieu existe … Il m’a rencontré !
Je suis tellement heureux, en quelques lignes, de vous partager cette rencontre qui a changé ma vie.
Je suis né à Erevan, capitale de l’Arménie, en des temps où le régime soviétique avait plongé le pays dans une effroyable situation de disette et de misère.
Mes grands-parents avaient du fuir leur patrie en 1915, année d’un sanglant génocide, aujourd’hui tristement célèbre. Ils avaient trouvé refuge en France, véritable terre d’accueil.
Séparés de leurs parents, papa et maman faisaient leur possible pour s’occuper au mieux de ma petite sœur et de moi-même. Tout petit, j’entendais souvent ma mère pleurer, la nuit, en demandant à Dieu, s’il existait, de nous porter secours.
Et Il l’a fait ! En février 1964, ayant obtenu les visas de sortie (chose inconcevable à cette époque), nous sommes arrivés en France. J’avais alors 9 ans. Nous vivions un rêve. La modernité, l’abondance de nourriture, la liberté, tout nous semblait féerique !
Malheureusement, nous avons vite oublié que notre arrivée en France était le résultat d’un miracle de Dieu. Mes parents ont mis toutes leurs énergies pour travailler et gagner le plus d’argent possible. Ma sœur et moi, nous nous sommes appliqués à apprendre le français et à réussir notre scolarité.
Sept ans plus tard, la santé de ma mère s’étant gravement dégradée, dépression nerveuse, asthme sévère, une croyante véritable l’a invitée à venir écouter parler de Jésus. En ce beau dimanche de mai 1971, ma mère est revenue du culte auquel elle avait assisté, totalement métamorphosée. Nous avions une nouvelle maman à la maison !
J’étais alors un ado au cœur vide. Je me donnais une apparence. Je cherchais à combler ce vide intérieur par la pratique du sport et par des sorties en groupes. Mais mon mal-être persistait.
Voyant le changement que Jésus-Christ avait opéré chez ma mère, j’ai voulu en savoir plus. À mon tour, je me suis retrouvé parmi ces croyants au visage rayonnant, chantant et priant avec une ferveur que je n’avais jamais vue ailleurs. Ce jour-là, Dieu a touché mon cœur si fortement, qu’en sortant du culte, j’ai dit : « Dimanche prochain je reviens ! ». Ce matin-là, je venais de comprendre mon état de péché, et je découvrais en même temps l’amour infini de Dieu. J’ai compris que la mort de Jésus sur la croix était plus qu’un événement historique incontestable, mais la preuve formidable de Son amour pour moi.
Il a changé mon cœur. Il a comblé ce vide. Jésus est vivant ! Il règne dans le Ciel ! Il vit en moi !
Je crois que Jésus est le vrai et unique remède à tous les problèmes de l’être humain.
Je souhaite tellement que vous Le rencontriez aussi !

 

Nathanael SorrentiNathanaël Sorrenti

Déchiré par un couple parental désuni, je me suis créé une carapace de protection si bien que mon cœur était dur et rempli de haine. J’étais confronté entre 2 choix: suivre un père refusant l’amour de Dieu ou vivre par la foi comme ma maman. Fin 2003, ma petite sœur, âgée de 4 ans, fit un rêve où je marchais dans un champ. Ce champ se terminait par un portail que seuls les chrétiens nés de nouveaux pouvaient franchir. Je suivais péniblement une foule en bonne santé mais moi, je boitais et j’étais taché de sang. Blessé j’avançais difficilement. Ce rêve se terminait par une image: je restais au pied du portail contemplant une lumière merveilleuse au loin. Ce rêve raconté par une fillette de 4 ans m’a interpellé. Le dimanche suivant le pasteur prêchait sur le paradis et l’enfer. Cette prédication toucha mon cœur si profondément que je ne pus contenir mes larmes… Je compris alors que mon péché me séparait de Dieu. Je fis l’expérience du pardon, je ressentis l’amour de Dieu sur ma vie et je demandai à Dieu de diriger ma vie pour l’éternité. Ayant reçu le pardon de Dieu, je compris que je devais à mon tour pardonner. Alors que mon cœur était rempli de haine envers mon papa, Dieu a changé mes sentiments et a fait naître en moi un amour sincère pour lui. J’ai pu alors lui dire que je l’aimais. Le pardon est une puissance qui m’a libéré. J’ai pris la décision de m’engager à travers les eaux du baptême le 30 janvier 2005. Depuis ce jour je marche dans les voies du Seigneur, et mon désir est d’obéir à sa parole, de le servir. C’est lui qui tient ma vie entre ses mains et je n’ai plus à craindre le lendemain. Il m’a béni en me donnant une épouse et deux beaux enfants, à lui soit toute la gloire.
“Car je connais les projets que j’ai formés sur vous dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur pour vous donner un avenir et de l’espérance.” Jérémie 29:11